Impression 3D, pourquoi j’ai arrêté et pourquoi vous devriez faire attention …

Ça n’a pas du vous échapper, j’ai complétement arrêté de parler d’impression 3D sur le blog ( bon ok je sais j’ai quasiment arrêter de parler de quoi que ce soit pendant 2 ans sur le blog mais bon … ) pour la bonne et simple raison que j’ai arrêté de pratiquer l’impression 3D. Comme ça d’un coup. Je vais vous dire pourquoi

J’ai arrêté l’impression 3D à l’époque car, j’imprimais dans une mezzanine mansardée ( au dessus de la chambre à coucher de surcroit ) sans possibilité d’évacuation des « gaz » résultants des impressions ….
 
Et comme y’avait des études qui tendaient à prouver que mine de rien l’impression 3D émettait des nano-particules. Pas grand chose hein ^^ Juste à peu près autant que lorsqu’on se sert d’une  poêle à frire … Sauf que là c’est des nano-particules de plastiques, pas du graillon et que No-Shit Sherlok quand ça printait, ça piquait un peu la gorge, ça grattait un peu les yeux ( ou l’inverse, je ne sais plus)
 
Du coup comme le port d’EPI ( Équipement de Protection Individuel ) H24 n’était pas envisageable pour toute ma famille, et que quand un spécialiste des nano-matériaux a qui l’on avait parlé de mon hobby a répondu par « risque sanitaire » « Pire que l’amiante » « ça se fout partout ces saloperies, poumon, cerveau, … » et autres joyeusetés, mine de rien, j’ai un peu flippé
 
J’ai regardé vers les solutions d’encloisonnement de mon imprimante …
J’ai regardé les solutions de filtration histoire de laisser toutes ces nano particules issues de l’impression 3D loin de moi …
Mais, ces solutions étaient avec une efficacité à démontrer, c’est le moins que l’on puisse dire. c’était le début, la prise de conscience (et pas par tout le monde) c’était balbutiant et surtout, c’était très très très empirique.
Sans aucune analyse (scientifique) des résultats.
Dès résultats analysés au pifomètre, y’en avait à la pelle par contre, du genre « J’ai mis tel trucs en œuvre, ça pique un peu moins les yeux que sans. » « Non, mais t’as qu’a pas imprimer d’ABS, le PLA, c’est safe« .
Et par ce que l’illusion de sécurité c’est vachement dangereux et ça tue chaque année plein de personnes, du coup, j’ai arrêté l’impression 3D.
 
Et pour reprendre la devise de Paris Match, il y a le poids des mots, le choc des photos , je reproduits donc ici une photo trouvé sur le forum de LesImprimantes3D.fr , avec l’autorisation d’Alveo3D, son auteur.

Filtre HEPA 13. Avant et après 300 heures d'impression
Filtre HEPA 13. Avant et après 300 heures d’impression. Photo par Alveo3D

Bon, je vais quand meme tenter d’expliquer un tout petit peu la photo.

 
Sur la partie gauche, vous pouvez voir un filtre HEPA 13, neuf, sur la partie droite, vous pouvez voir le même filtre HEPA 13, après 300 heures d’impression monté sur un kit de filtrage développé par Alveo3D. 
Oué.
Le filtre est crade de chez crade, remplis de saloperies émises lors de l’impression 3D … Autant de saloperies et autre nano particules pigées par le filtre qui n’irons pas polluer l’environnement de l’imprimante et les bipèdes gravitant autour
 
Donc, si vous imprimez en 3D, surtout via une techno de dépôt de fil fondu (FDM), filtrez l’air de votre imprimante… Il y’a émission de nano particules et ces saletés vont se ficher partout, et profond en plus, et on ne sait pas trop à l’heure actuelle comment le corps réagira à moyen ou longterme … PROTÉGEZ VOUS !!! PROTÉGEZ VOTRE ENVIRONNEMENT !!! Filtrez !!! 
 
 
Filtre HEPA 13. Avant et après 300 heures d'impression
Filtre HEPA 13. Avant et après 300 heures d’impression. Photo par Alveo3D
Au surplus de ces problèmes de sécurité sanitaire et d’absence de solutions éprouvées pour la filtration, j’avais, je pense, à l’époque, au niveau de l’impression 3D fait pas mal le tour du sujet.
Et hormis l’impression de crotobjets ou de pièces pour améliorer/concevoir des imprimantes 3D, Je n’imprimait pas grand chose d’utile ou de fun …
Je ne trouvais plus, je pense, grand chose de transcendant dans l’impression 3D.
La phase de découverte et l’effet « Wahou » sont passés.
 
Aujourd’hui, j’ai déménagé, mes machines pourraient être installées dans un local dédiés, avec de la filtration mais elles sont dans toujours dans leurs cartons.
Sauf saut technologique majeur, je crois quelle vont y rester…
Et les personnes avec qui j’ai commencé a printer vers 2013-2014, avec qui je suis en contact quotidien, ont quasi tous leurs machines à l’arrêt eux aussi …
 
@+
Ouinche
250 - Il vaut mieux que ca parte dans le filtre plutôt que dans vos poumons
250 – Il vaut mieux que ca parte dans le filtre plutôt que dans vos poumons
 

2 comments

  1. Merci pour cet article qui me fait me poser pas mal de question.
    Dommage que la photo du filtre usagé après 300h h de print ne soit pas comparé à un filtre qui ai filtré pendant la même durée le même environnement sans impression, ce serai une comparaison plus pertinente.

    1. Bonjour Gaël,
      Merci de ton commentaire fort pertinent !
      C’est vrai que ca serait bien comme comparaison, car là avec les 300h à se faire souffler dans le cornet le filtre usagé a les alvéoles d’entrée bien dilatées …
      Mr Alveo3D si vous passez par ici …
      @+
      Ouinche

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.